Skip to main content

Les leçons d’un professeur reconnu…

Transcription

Quand j’étais enfant, j’étais un mauvais élève, j’étais un mauvais élève parce que j’avais peur de ne pas savoir répondre aux questions que me poseraient les adultes. Toute cette peur de l’enfance est devenue une connaissance.
Et mon travail d’adulte, c’est de guérir les enfants de cette peur.
La réaction des adultes est toujours la même:eux aussi ont peur. Ils ont peur que le fils ne réussisse jamais.
Et les professeurs aussi ont peur. Ils ont peus d’être de mauvais professeurs.
Tout ça, c’est une affaire de solitude.
Solitude de l’enfant, solitude du professeur,solitude des parents.

Il fat casser cette solitude.
Pédagogiquement, comment casser la solitude?
En créant des projets communs, où tout le monde est impliqué, par exemple, l’un des projets communs est le théâtre.
Alors que je mentais beaucoup à un professeur de français,parce que je ne faisais pas mes devoirs et n’apprenais pas mes leçons.
Il m’a dit: c’est bien, tu as beaucoup d’imagination.

Maintenant, au lieu d’utiliser ton imagination pour fabriquer du mensonge, écris-moi un romain.
Donne-moi 10 pages par semaine. Je ne te donne plus de rédactions à faire, ni de leçons à apprendre, tu fais juste ce romain pour moi: 10 pages par semaine.
Et cela m’a sauvé. C’est-à-dire que ce professeur a transformé un élève passif en un élève actif, qui écrit un romain.
Les jeunes aujourd’hui, les enfants, tout petits déjà dans le berceau, sont considérés par la société de consommation comme des clients.
On produit des publicités pour les pousser à consommer. à consommer des tablettes, à consommer des portables,consommer des vêtements. Consommer, consommer, consommer. Et ça, c’est leur culture, la culture quotidienne.
Quand ces enfants arrivent à l’école, ils vont conduire vis-à-vis du professeur comme des petits consommateurs. Moi, professeur, je ne m’adresse pas à tes désirs. Je m’adresse à tes besoins fondamentaux.
Le besoin d’apprendre à lire, dápprendre à compter, d’apprendre à penser à réfléchir. La plupart de ces besoins sont antinomiques avec tes désirs, c’est pour ça, qu’il est beaucoup plus difficile d’être professeur aujourd’hui que dans les années 50, où les enfants n’étaient pas encore les clients de la société marchande. Le problème c’est que l’enfant tout petit dans son berceau va croire que son désir est un besoin fondamental. Il va croire que son bonheur dépend de la satisfaction d’un désir qu’il prend pour un besoin fondamental. Le travail des adultes est de dissocier cfes notions: de désir et de besoin. Et le bonheur, le vrai bonheur, on peut l’atteindre en apprenant à comprendre, C’est ça qui rend heureux. Quand tout à coup, je comprends les choses. Je comprends que la publicité est mensongère, je comprends que la compréhension est une bonne source de bonheur véritable. Je pense que l’on ne peut pas se défausser de ses propres responsabilités sur une institution. Il faut d’abord que je sois moi, en tant que parent, que je me sens responsable de mon comportement face à mes enfants.
Qu’est-ce qui fait l’éducation des enfants?
C’est l’exemple.
Il faut dire aux jeunes que,contrairement à ce qu’on leur dit, l’amour rend intelligent.
Au fond, il y a 3 types de personnes:

Il y a les passeurs
il y a les gardiens du temple, ceux qui considèrent que ce qu’ils savent est leur propriété privée et que les autres sont indignes de le savoir.
Et il y a la troisième catégorie, c’est ceux qui s’en foutent.
PFF la culture…
Donc le passeur c’est celui qui prend en considération sa propre culture et qui sait que cela ne lui appartient pas, que cela peut faire le bonheur des autres. Si je t’emmène ce soir voir un film que j’ai adoré, tu vas être heureuse si toi aussi tu l’adores. C’est ça être passeur.
Mes enfants c’est très simple.
Ce que vous savez, ce que tu sais, ne t’appartient pas. Ce n’est pas propriété privée. Elle ne fait que passer à travers vous. Et l’une de votre raison d’être sur Terre c’est de partager ça.
Arrête d’avoir peur sois curieux. Sois curieux.La curiosité est bon remède contre la peur. Sois curieux, ouvre-toi.
Oh oui, mais la réalité me fait peur…La réalité te fait peur?
Fais comme Juan, photographie-la?
Je suis nul en anglais. Tu es nul en anglais? Prends un ou une petit(e) ami(e) anglais(e) tu verras comme tu progresseras.
Ouvre, ouvre, ouvre sois curieux, ne te refermes pas.

Bonnes études!

Deixe uma resposta